Payer un médium et un voyant. Ont-ils le droit, et je dirais même, ai-je le droit de demander un salaire pour mon travail ?
Au delà du fait que ces deux capacités se rejoignent clairement et que j’ai choisi d’exercer dans la médiumnité et la voyance, tous les praticiens ne choisissent pas d’utiliser forcément tout leur potentiel sur le plan professionnel, quelques soient leurs raisons. Voilà pourquoi je dirais “médium et voyant”, car cet article concerne bien les deux disciplines.

Qu’est-ce qu’un abus de faiblesse ?

Je vais me permettre quelques petites explications qui me semblent importantes. Entrons directement dans le vif du sujet.

Lors d’une balade hier sur TikTok, qui est soit dit en passant, la pire application du monde concernant l’ésotérisme où le charlatanisme et la stupidité ont pignon sur rue, je tombe sur une énième médium enragée dont j’ai oublié le nom, qui hurlait autant qu’elle pouvait sur les médiums et voyants qui demandent une rémunération pour je cite “notre petit confort”. Nous ferions, selon la dame, de l’abus de faiblesse, et méritons mille fois la prison. Que les lois n’étaient pas assez sévères dans notre domaine. Et qu’elle ne nous aime pas.

Déjà, attention : Accuser quelqu’un d’abus de faiblesse peut vous coûter une plainte en diffamation. On ne porte pas des accusations aussi graves quand on ne peut rien prouver. Et le “parce que je pense que” ou le “parce que je crois que”, ne va pas suffire devant un tribunal.
Car un abus de faiblesse, s’il semble facile à démontrer, ne peut être constaté qu’en présence de preuves, de témoignages solides et la vulnérabilité de l’individu doit être établie, et ne peut être reconnu que sur de simples propos, ni qu’en fonction d’un âge. Il est normal de prouver les faits, car on ne peut pas porter de telles accusations à tout bout de champ, ce serait la porte ouverte à bien des injustices supplémentaires.

Lire l’article complet sur l’abus de faiblesse, écrit par une Avocate à la Cour : Ce que c’est, ce qu’il faut pour le prouver, et les peines encourues.
Et, pour compléter, sur le site service-public.fr : Ce qu’est la diffamation, la procédure pour porter plainte et la peine encourue.

Je vous donne les articles complets afin que vous ayez connaissances des lois, ce qui restera votre meilleure protection, contre tous et toutes.

Lorsqu’il y a un abus caractérisé, prouvé, à savoir que le médium et le voyant n’ont pas rendu le service, mentent ouvertement dans le but de soutirer de l’argent, ont en clair usé de leurs influences pour dépouiller un individu influençable (qu’il soit vieux, malade ou juste fragile psychologiquement), oui, il y a eu abus de faiblesse et la plainte s’impose, je vous y encourage d’ailleurs. Jamais je ne dirais que l’abus de faiblesse n’existe pas dans notre profession.

Donc en comprenant bien : Non, on ne peut pas accuser d’abus de faiblesse quelqu’un qui rend correctement un service, honnêtement sans mentir, sans abuser de qui que ce soit, juste parce qu’il demande un salaire en échange du service rendu, au nom du “je pense” ou, “je crois que“.
Là est tout le problème dans ce contexte : Le motif pour invoquer l’abus de faiblesse, pénalement, n’est pas valable pour porter de telles accusations….. Et ne s’en approche même pas de loin.
L’abus de faiblesse, en cas de rémunération juste, en échange d’un service véritablement rendu, ça n’existe pas et reste uniquement, une accusation grave, une diffamation, tout simplement.

Les lois existent et elles sont accessibles à tous. Il serait utile, je pense, de les lire avant d’expliquer qu’il faudrait des lois contre nous, alors qu’il est évident qu’on ne connait déjà pas le contenu de celles qui existent, sont appliquées, malgré qu’on se permette pourtant de les agiter comme un drapeau.

Parce que le souci ici est bien le “je crois que” et le “je pense que“, uniquement en fonction de croyances et de perceptions personnelles avec lesquelles je n’aurais aucun problème si elles ne donnaient pas lieux à des accusations graves et grotesques, causées par l’égo démesuré, l’absence totale de réflexion, d’esprit critique, le manque de connaissance.

Les croyances autour de la question.

Le souci va être une vision trop fermée des choses. L’argent c’est le diable, la voyance et la médiumnité sont des dons de dieu et doivent être gratuits, et puis d’abord c’est même pas un métier.

Premièrement : L’argent n’est pas un outil diabolique.

C’est un objet qui ne pense pas par définition. Le problème avec l’argent va être la vision que l’humain en a et l’utilisation qu’il en fait. C’est l’homme et uniquement lui qui en a fait une chose pour laquelle il est prêt à tout, y compris à détruire ses semblables.
Et très honnêtement, je refuse d’adhérer à cette vision bien trop facile et simpliste du “oui mais si l’homme fait ça, ça prouve que l’argent c’est pas bon”. Non, ça prouve que l’homme est faible et qu’il a encore bien du travail à faire sur lui même pour laisser enfin l’argent à sa simple place de monnaie d’échange, au lieu d’en faire bêtement une sombre divinité à laquelle il vendrait sa mère. Pour moi ça, c’est l’équivalent du discours nauséabond de la jupe trop courte, voyez. Je sais que se regarder dans la glace c’est douloureux, mais accuser les autres et le reste du monde pour nos âneries juste pour ne pas s’affronter soi-même, ça va 5 minutes, et personnellement, je ne supporte plus d’être le souffre douleur de ces gens là juste parce qu’ils refusent de réfléchir.

Secondement : La voyance et la médiumnité sont des dons de dieu… POUR VOUS.

Pour ma part, je n’aurais pas la prétention d’expliquer d’où ça vient, à l’origine. Peut être qu’une divinité ou une énergie créatrice plus ancienne et lointaine, nous a créé avec ces capacités. C’est possible, pourquoi pas, je n’étais pas là à la création.
Cependant, ce qui a suivi, les écrits et autres croyances érigées à tort en vérités absolues, ce sont des affirmations humaines que je ne me sens pas obligée d’avaler toutes crues. Excusez-moi, j’ai un cerveau, un libre arbitre.
Et ce n’est pas parce que des gens vont venir m’affirmer à grand coup de morale bien pensante souvent pleine d’insultes, que je trahi dieu tout puissant, que je vais y croire.
Pour moi, j’ai ces capacités et j’en fais une utilisation digne, ce qui va pour moi être le plus important. J’aide autant que je le peux et si je le peux. Je n’outrepasse pas mes droits, ne franchit jamais les limites de ma liberté ce qui serait pour moi marcher sur celles des autres, ne fait pas en sorte à ce qu’on dépende de moi, ne fait que ce qu’on me demande et je respecte les lois, que j’ai pris le temps d’examiner.

Troisièmement : Si, c’est un métier et non, ça ne devrait pas nécessairement être gratuit.

Finalement, bon nombre d’activités peuvent être et/ou devenir un métier. Aujourd’hui, on trouve naturel de dire qu’être Youtubeur est un travail sérieux, ce qui n’était pas concevable il y a encore peu de temps. Ce qu’il faut comprendre, c’est que ce qui peut être un métier n’est pas soumis à une appréciation personnelle véritablement. Tout ce qui va finalement demander un vrai travail, un véritable effort et un vrai service fourni, peut être un métier, peut être exercé professionnellement.
Vous pouvez être d’accord ou non avec cette notion de professionnalisme et avoir des arguments dignes d’être entendus et pris en considération, c’est certain.
Mais ça ne donne en revanche pas le droit de porter des accusations graves telle que l’abus de faiblesse qui sont parfois, et c’est le cas dans la situation qui nous occupe présentement, uniquement de la diffamation, sur la base unique de croyances personnelles. Il y a tout de même une argumentation plus solide à avoir que de simples croyances qui ne peuvent même pas être démontrées solidement. Pire, qu’on peut même démonter facilement, avec la simple logique.
Il est vrai également que concernant le monde du travail, son encadrement, les lois, devraient être mis à jour et évoluer en fonction de l’arrivée de ces métiers d’un nouveau genre, ce qui est très mal, voire pas fait.
Je suis la première à dire que les métiers de l’ésotérisme au sens large manquent cruellement d’encadrement, de lois qui fixeraient des limites aux professionnels. Mais encore faudrait-il déjà que la justice fasse sont travail et que les lois existantes soient déjà prises en considération par les “praticiens sérieux et éthiques”, qui se permettent de facturer leurs services sans avoir d’entreprise déclarée ce qui est totalement illégal en France, ou qui se servent de numéro de SIRET bidons.
Toute personne à, ensuite, le droit de demander de l’argent en échange de son travail, tant qu’il est un professionnel déclaré, qu’il n’abuse et ne manipule personne, ne surfacture pas à outrance, que le travail rendu en échange de la rémunération est impeccable, ou en tout cas, le meilleur possible.

Les médecins, les pompiers, garagistes, boulangers : On peut les accuser aussi ?

Je trouve pertinent d’appuyer au moyen d’exemples.

Et du coup, je vous le dit tout de suite : Selon la vision de la loi et les argument utilisés vis-à-vis des médiums et des voyants dans le cas qui nous occupe, nous pouvons clairement accuser bons nombre de professionnels d’abus de faiblesse et expliquer à quel point ils sont cruels en réalité.

Les médecins / soignants etc : Ces gens qui se font de l’argent sur le dos des malades. Ils vivent et mangent grâce à la misère, la maladie et même à la mort des autres. Pourtant, nous les voyons comme les héros de notre quotidien, parce qu’en échange de leurs salaires qu’on va leur accorder parce qu’on pense qu’ils le méritent, ils vont soigner, réconforter. Pas d’accusation d’abus de faiblesse ici, pourtant.

Les Pompiers : Ils gagnent leur vies grâce à ceux qui sont accidentés, en difficulté ou morts, ils acceptent un salaire pour sauver des vies. Pas d’accusation d’abus de faiblesse ici. Des héros, eux aussi.

Les garagistes : Ils profitent de votre misère quand vous avez tellement besoin de votre voiture, qui vient de tomber en panne alors que vous en avez besoin pour travailler et nourrir vos enfants. Pas d’accusation d’abus de faiblesse ici. Des gens considérés comme utiles, qu’on trouve normal de payer parce que leurs savoir a permis de réparer cet outil dont nous avons tant besoin.

Les boulangers : Profiter de ceux qui ont faim ! Il faut leur donner de l’argent sinon on ne peux pas manger ce qu’il y a chez eux. Pourtant….. Nous allons à la boulangerie et nous trouvons normal de les payer en échange de leur savoir faire, que nous n’avons pas. Pas d’accusation d’abus de faiblesse ici.

Les voyants : Profiter de la faiblesse des gens ! Être payé pour répondre à des questions qui permettent d’éclairer un chemin, de trouver sa voie, d’en finir avec une relation toxique, ou au contraire de ne pas gâcher quelque chose de beau parce qu’on est juste mal sur le moment et que ça passera. Permettre de comprendre qui nous sommes, d’être plus en paix. Abus de faiblesse. Au bûcher.

Je suis la seule que ce raisonnement dérange ?

La société fonctionne sur la base de l’échange. On ne vit pas chez les Bisounours. Nous devons avoir un toit, manger, nous laver, nous soigner. Je ne dis pas que la société est parfaite parce que ce n’est pas le cas, mais je ne pense pas que la base de l’échange soit à jeter. Elle devrait être en revanche revue et encadrée pour combattre et punir les abus, mieux perçue et comprise, c’est certain.

Ce que j’ai cherché à démontrer là, c’est qu’il s’agit bien dans tout ça de visions, de croyances personnelles et c’est bien là mon problème.
Pourquoi voir un autre professionnel comme un héro et quelqu’un qui coach ou tire les cartes comme un nuisible inutile, alors que les deux finalement gagnent leurs vies en faisant face à la misère ou les besoins des autres ? Tant qu’ils n’en abusent pas et ne font qu’apporter une aide réellement efficace au souci rencontré par la personne qui s’approche du professionnel et qui l’expose clairement, pourquoi ça reste un souci dans un cas et pas dans l’autre ?

Aucune logique. C’est une question de croyance. Point.

Ou se situe le problème en réalité ?

Dans notre société, la façon dont nous l’avons construite, la concevons et la gérons. Dans nos croyances ésotériques ou religieuses, transformées en vérité, quand elles n’en sont pas. Dans la propagande, l’extrémisme, la violence des pensées et des mots qui sont comme des coups portés en plein visage.

L’argent n’est qu’une monnaie d’échange qu’il nous appartient de voir avec un esprit éclairé et sain. Un professionnel, que vous le compreniez ou non, rend un service ou un travail et en échange, nous lui donnons de l’argent qui lui servira à manger, payer le loyer et tout ce qui potentiellement servira pour son travail, en fonction de l’activité exercée. Ce que la dame appelle “notre petit confort“. Petit confort qu’elle possède elle-même et voit pourtant dans son cas comme une nécessité.

Sauf que ce qu’elle a très certainement oublié dans sa réflexion profonde, c’est qu’elle a un travail à côté, qui lui permet d’avoir ledit “petit confort”. Qu’elle a pu trouver sa place dans un travail salarié, qu’elle s’y sente bien et s’en contente ou non. Que donc pour elle, exercer gratuitement ne sera jamais un problème, puisqu’elle ne manque de rien.
Mais il existe des gens comme moi, qui ne sont pas capables d’être salariés. Pour des raisons parfois médicales, parce qu’ils sont différents. Et même parfois ils ne sont pas différents sur un plan médical, mais simplement dans leurs esprits. Ils sont des originaux, des amoureux, des passionnés, des artistes. Et être salarié, faire ce que tout le monde fait, ils ne peuvent pas, c’est tout. Choses et faits qui je le crois sincèrement, échapperont toujours à ces personnages d’une grande sensibilité.

Ce qu’elle et tant d’autres véhiculant ces croyances comme des vérités absolues oublient aussi, c’est qu’avoir un job alimentaire n’est en rien une obligation pour tous. La société nous fait croire depuis que nous sommes tout petits que nous devons être utiles. Je serais d’accord avec ça si elle ne nous poussait pas à être utiles uniquement dans les intérêts d’une élite qui se fiche bien de ce que vous ressentez. Etre utiles ? Nous pouvons aussi l’être en nous épanouissant.
Donc si. Quelqu’un qui dessine, peint, fabrique des bijoux, écrit des livres… Tire les cartes pour dire “Non, votre vie c’est pas de la merde”, c’est utile. Et si, ce sont des métiers, qui nécessitent investissement, matériel, énergie et travail réel. Si, nous avons le droit d’y vouer notre vie. Si, nous avons le droit de vivre de ça, tant qu’on ne fait de mal à personne.

La vision de la pratique de la voyance, de la divination est elle-même grandement problématique. Il n’est pas acceptable, non pas de la considérer comme un don divin ça on s’en fiche, mais d’en arriver à être extrémiste pour ça. D’en arriver à être violent verbalement, de pousser même les masses à penser comme eux, à grands coups d’insultes et d’accusations nauséabondes dans le but d’en faire des parias et bien sûr de dire à quel point EUX, ils sont bienveillants.
Redites-moi que vous êtes lumière, que vous aimez votre prochain alors que vous poussez volontairement votre communauté au lynchage d’honnêtes praticiens sur internet, détruisez volontiers quiconque ne pense pas comme vous. Allez-y, redites-moi. J’ai vraiment besoin de rire et je n’ai pas beaucoup cette occasion dans le contexte actuel.

Pourquoi devrais-je exercer un travail salarié quelconque et exercer la médiumnité et la voyance gratuitement à côté ? Parce que des gens pensent, croient que ça doit se passer comme ça ?
J’ai grandi dans cet univers, et j’ai choisi d’y faire ma vie honnêtement. Ce n’est pas quelques individus, sur la base de quelques croyances farfelues, qui me convaincront de renoncer à mon travail.

Après ça, je sèche.

J’ai tenté d’expliquer au maximum.

Je suis usée par ces gens qui ne réfléchissent pas, et ne veulent pas comprendre. Qui restent coincés dans des vérités qui n’existent pas. Cette violence stupide dont ils sont capables et font usage détruit toute forme d’espoir en l’humanité. Je les perçois, je vois cette colère et cette haine sous couvert de pseudo bons sentiments et je me dit…. Eux pendant l’inquisition, ils se seraient plutôt senti à l’aise. Je ne crois pas qu’ils auraient eu du mal à dénoncer quelqu’un sur la base de croyances, ils le font déjà, tout en souhaitant autant de bonheur aux gens à qui ils s’adressent.
J’ai moi-même fais souvent face à eux. J’ai été menacée de mort, et on m’a déjà dit que je méritait d’être brûlée vive. Juste…. Parce que je fais quelque chose qui ne leurs plaît pas. Parce que j’ai un métier qu’ils pensent que je ne devrais pas exercer. Parce que je crois en des choses en lesquelles ils ne croient pas. Parce que je ne fonctionne pas comme eux. Que je ne nuise à personne n’entre même pas en ligne de compte. Je mérite quand même la mort, d’être rejetée, d’être traitée de charlatan, d’être accusée d’abus de faiblesse.

Et ça, ce n’est pas que pour moi. C’est pour tous les médiums et voyants professionnels réunis.

J’ai vraiment fais de mon mieux. Et je ne peux ni ne veux plus, et d’ailleurs aucun(e) autre professionnel de la médiumnité et de la voyance ne le devrait, prendre ces avis en considération. Nous ne pouvons plus encaisser, accepter ces discours haineux, extrémistes. Nous ne pouvons plus être atteints par ça. Ça n’a ni fondement ni raison valable d’être.
Le but pour moi était d’expliquer, d’argumenter, aussi fort que je le pouvais. Pour que les gens qui acceptent de réfléchir puisse saisir notre position. Qu’ils puissent comprendre et même qui sait, changer d’avis.

Pour les autres…. Je vous laisse et je l’espère même, NOUS vous laissons dernière nous.

Laisser un commentaire